Logo La Marche de Saint Joseph

Saint Joseph du côté de Cotignac

Saint Joseph du côté de Cotignac

A Cotignac, nous avons la joie de côtoyer le lieu où saint Joseph est apparu à un jeune berger, mais plus encore d’avoir reçu ses paroles prononcées en langue régionale : « Je suis Joseph. Soulève cette pierre et tu boiras. » Au-delà de cette parole, il nous est proposé de soulever la pierre de notre cœur et de boire à « l’eau de vie ».

L’Écriture Sainte nous dit que Joseph était de la lignée de David, c’est pourquoi il s’est rendu avec Marie à la ville où naquit le roi David : Bethléem. L’évangéliste saint Matthieu précise que Joseph était un homme juste. Il prendra la décision, suggérée par l’ange du Seigneur, de fuir avec Marie et l’Enfant en Égypte. D’une certaine manière, Jésus et ses parents ont été des émigrés, des réfugiés pour raisons politiques. Lors de leur retour en terre d’Israël, Joseph s’établira dans cette ville de Nazareth, ce qui permettra que Jésus soit appelé Nazaréen.

Peu de choses, semble-t-il, sur Joseph, mais les quelques versets bibliques le concernant nous donnent l’essentiel. Joseph, homme juste. C’est donc un bon fils d’Israël, pieux, qui participe volontiers aux pèlerinages traditionnels.

L’emploi actuel du mot justice paraît singulièrement étroit en regard du langage de la Bible. Suivant un premier courant de pensée qui traverse toute la Bible, la justice est la vertu morale élargie jusqu’à désigner l’observance stricte de tous les commandements divins. Cette justice se situe dans la perspective du Jugement final. Mais il y a aussi un sens plus large et une valeur plus immédiatement religieuse. L’observance du croyant n’est jamais que l’écho et le fruit de la justice souveraine de Dieu. La justice est la fidélité à la Torah. La justice est la sagesse et la bonté mises en pratique. Le juste est donc un homme bon et charitable et il convient que l’homme juste soit philanthrope, comme le dit le livre de la Sagesse. L’homme juste est fidèle à Dieu et à son Alliance, c’est-à-dire en définitive à sa miséricorde.

Joseph, homme juste et droit, descendant de David, reçoit les messages célestes et donne le nom de Jésus à l’enfant de la Vierge Marie. Nous ne savons donc que fort peu de choses de la vie de saint Joseph. L’Évangile ne rapporte que trois ou quatre de ses actions. Le Saint-Esprit a sans doute voulu par là nous marquer le silence et l’humilité du père adoptif de Jésus. Mais, quand tout le Nouveau Testament n’aurait dit autre chose de lui, qu’il fut un homme juste et l’époux de Marie, il en aurait dit assez pour nous donner l’idée d’une sainteté extraordinaire.

Garder, défendre, aimer et protéger l’Enfant divin, le Sauveur du monde. Telle est la mission que Joseph se voit confier par Dieu. Ainsi, il a fait son entrée dans la grande Histoire publique, sainte et officielle du Salut. Nous sommes invités à prier souvent saint Joseph, l’homme juste qui a pris Marie chez lui. Si on a peu d’éléments bibliques sur saint Joseph, la Tradition spirituelle nous a fourni diverses méditations, certaines venant d’une révélation intérieure. Ainsi ce témoignage de Sœur Maria Cécilia Baij, religieuse italienne du XVIIIe siècle, qui vient d’être réédité en deux volumes de poche par les éditions Téqui [1] et qui illustre magnifiquement les quelques versets évangéliques concernant Joseph.

La lecture de ce témoignage peut nous permettre de mieux cerner la personne de celui qui fut choisi pour élever l’Enfant Jésus. Redécouvrir le contexte de cette époque du point de vue politique et religieux nous met aussi en présence d’un personnage vivant qui intercède auprès du Seigneur pour nous.

Foyer de la Sainte Famille : 04 94 04 65 28.

Sanctuaire : 04 94 69 64 90.

http://www.nd-de-graces.com/

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.